ROME — Le pape François a suggéré lundi que se faire vacciner contre le coronavirus était une « obligation morale » et a dénoncé comment les gens avaient été influencés par des « informations sans fondement » pour refuser l’une des mesures les plus efficaces pour sauver des vies.

François a utilisé certains de ses mots les plus forts pour appeler les gens à se faire vacciner dans un discours aux ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège, un événement annuel au cours duquel il fait le point sur le monde et définit les objectifs de politique étrangère du Vatican pour l’année.

Francis, 85 ans, a généralement évité de parler de la vaccination comme d’une « obligation morale », bien que son organe consultatif COVID-19 l’ait qualifiée de « responsabilité morale ». Au contraire, François a qualifié la vaccination de « un acte d’amour » et que refuser de se faire vacciner était « suicidaire ».

Lundi, il est allé plus loin, affirmant que les individus avaient la responsabilité de prendre soin d’eux-mêmes « et cela se traduit par le respect de la santé de ceux qui nous entourent. Les soins de santé sont une obligation morale », a-t-il affirmé.

Il a déploré que, de plus en plus, les divisions idéologiques découragent les gens de se faire vacciner.

« Fréquemment, les gens se laissent influencer par l’idéologie du moment, souvent renforcée par des informations sans fondement ou des faits mal documentés », a-t-il déclaré, appelant à l’adoption d’une « thérapie de la réalité » pour corriger cette distorsion de la raison humaine.

« Les vaccins ne sont pas un moyen magique de guérison, mais ils représentent sûrement, en plus d’autres traitements qui doivent être développés, la solution la plus raisonnable pour la prévention de la maladie », a-t-il ajouté.

Certains catholiques, dont certains évêques et cardinaux conservateurs américains, ont affirmé que les vaccins basés sur des recherches utilisant des cellules dérivées de fœtus avortés étaient immoraux et ont refusé de recevoir les vaccins.

Le bureau de la doctrine du Vatican, cependant, a déclaré qu’il était « moralement acceptable » pour les catholiques de recevoir des vaccins COVID-19 sur la base de recherches utilisant des cellules dérivées de fœtus avortés. François et le pape émérite Benoît XVI ont été entièrement vaccinés avec des vaccins Pfizer-BioNTech.

Francis a réitéré son appel à un accès universel aux vaccins, en particulier dans les régions du monde à faible taux de vaccination, et a appelé à des révisions des règles sur les brevets afin que les pays les plus pauvres puissent développer leurs propres vaccins.

« Il est approprié que des institutions telles que l’Organisation mondiale du commerce et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle adaptent leurs instruments juridiques de peur que les règles monopolistiques ne constituent des obstacles supplémentaires à la production et à un accès organisé et cohérent aux soins de santé au niveau mondial », a-t-il déclaré.

Copyright 2022 NPR. Pour en savoir plus, visitez https://www.npr.org.





Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *